julie iarisoa

yellow

 

photo james mweu

Pièce chorégraphique de Julie Iarisoa en collaboration avec les interprètes/ interprété par  4 danseurs.

C’est une pièce de danse qui reflète l’image de la naissance d’une certaine culture, d’un art en même temps particulier et commun de toutes les nouvelles générations qui ont des choses à dire, à partager, à transmettre d’une façon informelle, égale à leurs sociétés informelles…

Yellow se présente sous forme de pièce chorégraphique rythmique, avec la présence de musique, chant, rythmes,  mouvements,  poème, nous embarque dans une atmosphère de « Yellow » : étrange, joyeux, dérangeant, attrayant, séducteur, dangereux, sensible…

Yellow parle aussi d’une rencontre, opposition entre deux cultures qui se complète…C’est la fin d’une époque, commencement d’une autre époque…une transition, un éclat… « L’or reflète toujours son éclat même en étant dans les boues… »

 

Processus de travail durant la phase chrysalide Nairobi/Kenya du 12 novembre au 10 décembre 2011 au GoDown Arts Center dirigé par Opyo Okach.

On a demandé à tous les participants à la formation d’amener chacun un thème qu’il aimerait développer.

J’ai donc choisie « Yellow » qui est à la base une pièce chorégraphique solo que j’ai chorégraphiée et interprétée moi-même.

L’idée m’est venue à partir d’une simple envie de partager mon point de vue, ma démarche chorégraphique ainsi que les propos que je voudrais emmener en tant qu’artiste mais en même temps d’écouter aussi les autres, de savoir d’abord qu’est ce qu’ils en pensent par rapport à ce thème.

L’atelier à commencer le premier jour par un après midi de rencontre avec tous les participants dont 3 venant de l’étranger (Congo, Tchad, Madagascar) et une dizaine venant du Kenya. Chacun c’est présenté.

 

A partir du deuxième jour, les matinées étaient consacrées par les cours techniques et ateliers dirigé la plupart du temps par le directeur artistique et parfois par les participants eux même en leur demande pour avoir plus d’échange.

Les après midis sont consacré à l’exploration chorégraphique des thèmes de chacun, ces séances de l’après midi m’avait donné l’occasion d’explorer « Yellow » avec 4 danseurs qui ont accepté généreusement de se lancer dans l’aventure. Nous avions eu pour ce premier séance de travail à peut près 2 heures ensemble. La séance a commencé par une préparation du corps, j’ai dirigé quelques phrases chorégraphiques auxquelles ont a répété plusieurs fois  après nous avions pris le temps de discuter par rapport au thème, j’ai demandé aux danseurs de ce qu’ils en pensent quand ils entendent le mot « Yellow » avant de leur donner mes propres interprétations.

 

Pour certains « Yellow » leurs évoque une sensation de  joie, l’éclat,  la chaleur, l’amour, l’espérance…pour d’autres c’est plutôt une alarme, un guide, lumière, jeunesse, danger…

Nous avions rassemblé les idées, après je leurs ai demandé de retourner chacun à leur racine, c'est-à-dire de commencer là où ils étaient quand la séance n’était pas encore commencer, les choses qu’ils aiment faires et qu’ils ont l’habitude de faire sans que personne ne leurs demande par ce qu’avant même que nous commentions à travailler, ils étaient tous dans leurs éléments, il y en a qui commençait à jouer son instrument, il y en a qui commençait à suivre le rythme de la musique en faisant des pas  de danse…C’était à partir de leurs comportements hors temps de travail que je leurs ai donner chacun leur rôle pour le début de la pièce.

 

La pièce débute par une ambiance un peut informelle, des pas rythmique effectuer par deux des danseurs qui ont chacun un instrument attaché au pied accompagné de musique et chant par le troisième danseur, le quatrième danseur tien un autre instrument à main qu’il joue en dansant sa « self feeling ».  Nous somme donc là au début dans une ambiance que j’ai nommée « Yellow feeling »  qui reflète les petits jeux artistiques que les jeunes des quartiers populaires de certains pays ont l’habitude de faire chaque soir dans une place extérieur après l’école ou le travail.

Après chacun a improvisé à partir de ce qu’ils ont dit par rapport au thème.

 

C’était à partir de tous ces éléments de base que j’ai construit la pièce petit à petit, en répétant, en fixant, précision, consistance des mouvements, danse, rythme, expression…

Le lendemain, nous avions une demi-heure pour réviser la pièce avant de la présenter auprès des autres danseurs. Après la séance présentation, nous avions eu des retours, des observations et des critiques qui nous ont permis d’évoluer pour la deuxième séance du travail le jour suivant.

La deuxième séance de travail avait duré 40 minutes : on a travaillé sur l’extension d’un passage dans la pièce, ajouter quelques éléments inhabituelles aux danseurs, leurs donner des nouvelles expériences et sensation mais en même temps pour donner plus de lecture et d’ouverture à  la pièce. Nous avions après filler la pièce deux fois avant de la représenter à nouveau aux autres danseurs.

 

La pièce a provoqué des réactions à l’assistance pendant la représentation, des retours et des observations et critiques après la représentation qui m’ont donné pleine envie de continuer encore plus loin avec la pièce.

 

Julie Iarisoa/Novembre 2011

 

copyright © 2015 gaaraprojects